Cette société fabrique -entre autres- des sirops pour la toux, mais également divers produits de parapharmacie. A ce titre, l’une des matières premières pour les sirops reste le sucre liquide, approvisionné en grosse quantité -1 à 3 semi-remorques de 20m3 à 25m3/semaine.

Secteur d'activité : Pharmaceutique - Parapharmaceutique 
Activité de l'entreprise : Fabrication de sirops
Type d'entreprise : PME
Période de création de l'entreprise : Années 1970 
Interlocuteur(s) : Responsable Micro-bio – Responsable production - Responsable travaux neufs

CONTEXTE DE L'ENTREPRISE

Cette société fabrique -entre autres- des sirops pour la toux, mais également divers produits de parapharmacie. A ce titre, l’une des matières premières pour les sirops reste le sucre liquide, approvisionné en grosse quantité -1 à 3 semi-remorques de 20m3 à 25m3/semaine.

PROBLÉMATIQUE FILTRATION

20 à 30% des lots de sucre liquide livrés sont bio-contaminés : levures, Stenotrophomonas, Pseudomonas, etc. La source de contamination en elle-même n’est pas parfaitement identifiée par l’entreprise, mais provient très vraisemblablement du transport et/ou des flexibles de remplissage et dépotage des camions.

L'entreprise souhaitait trouver une solution permettant de « traiter » par un système de filtration, le sucre à son arrivée sur site avant qu’il ne soit envoyé vers les cuves de stockage afin de ne pas contaminer celles-ci. Les éléments à prendre en considération pour la recherche d'une solution de filtration du sucre liquide sont :

- Caractéristiques du sucre liquide : 67 brix, viscosité fluctuante en fonction de la période de l’année.

- Zone de dépotage à l’extérieur

- Débit de dépotage 20m3/h

- Le système recherché devant être facilement nettoyable  

LA SOLUTION FILTRATION PAR SOFISE

filtration sucre liquide

Pour répondre aux contraintes exposées, Sofise a proposé un système UV spécifiquement développé pour cette application. Le sucre liquide présentant des valeurs de transmission optique faible -la transmittance d’un fluide est sa capacité à être traversé par un rayonnement lumineux-, le choix de la puissance de la lampe et de la configuration de la chambre la recevant doivent spécifiquement être étudiés. Ces deux données sont définies par le débit, la transmission optique et surtout la dose en mj/cm² que l’on souhaite appliquer afin d’obtenir le taux d’éradication souhaité.

En l’occurrence, le service microbiologique imposait à minima 4 log de réduction sur les levures en fin de vie de la lampe.

Bien sûr, toutes les parties en contact avec le sucre devaient répondre aux exigences habituelles - Ra<0.4µm pour l’inox, raccordement type sanitaire tri-clamp, dossier matière, etc.-.

Le pilotage du système devait également pouvoir être monitoré et réalisé à distance.

Enfin, une sécurisation totale devait être effective afin de ne pas avoir de possibilité de dépotage si le système n’est pas en fonctionnement ou si la transmission optique ne permet pas d’obtenir le résultat souhaité. A ce titre, une sonde O’Nörm calibrée a été mise en place afin de mesurer en continu l’intensité UV.

Le système a pu être intégralement automatisé, tant pour les phases de mise en route que les phases de NEP.

Nota : Sur ce type d’applications filtration, 2 écoles se confrontent : La première -et la plus fréquente- qui est de dire que l’on traite tout le sucre qui entre sur site.La deuxième est de dire que l’on traite à la sortie de la cuve de stockage, ce qui permet de s’assurer que tout le sucre liquide utilisé dans la fabrication des sirops pharmaceutiques n’a pas pu subir de « recontamination » pendant le stockage. Cela permet également d’utiliser de plus petits systèmes de filtration de sucre liquide car les débits souhaités sont alors généralement plus faibles.

 

La fabrication de vos produits pharmaceutiques ou para-pharmaceutiques nécessite un système de filtration sur-mesure prenant en considération l’ensemble de vos contraintes de production ?

Contactez un expert filtration